ABCompteur : compteur gratuit

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2008

Les aventures d'Andy...

Photo prise hier rue de Rome (Marseille) : vitrine d'une boutique...

Décidément Andy me poursuit ! (voir image du test de culture G. ci-dessous...).

092208154218-00.jpeg

18/09/2008

Culture Générale : test pour BTS 1

Petit test de culture générale pour les BTS 1ère année (Communication Visuelle) ...

Quelles références culturelles, et plus particulièrement artistiques, donnent du sens à ces trois photos prises aux Etats-Unis  au mois d'août 2008 ?

 

Campbell.JPG

SF.JPG

More.JPG

PS : Comme quoi, même en vacances, le prof pense à ses étudiants... ;-)

11/09/2008

Sondage

Bon, allez, on s'amuse un peu...

Sondage à l'usage des Term L. Qui proposeriez-vous pour les rôles de Roméo et de Juliette dans le cas  d'une nouvelle adaptation au cinéma ?

Justifiez votre choix en quelques mots. J'attends vos réponses en commentaires.

04/02/2008

MANAA : les mots-valises !!!!!!

Voici quelques-uns des mots-valises inventés par les étudiants de la Mise A Niveau Arts Appliqués du lycée Saint-Joseph dans le cadre d'une période consacrée à divers "jeux de mots"...
Rappel : un mot-valise est un mot nouveau formé par la combinaison de deux mots existants. Il ne s'agit pas d'un mot-composé puisque la combinaison se fait grâce à une sonorité commune (un "phonème" comme disent les spécialistes...). Bref, mieux qu'un long discours, lisez les brillantes trouvailles ci-dessous... Les définitions (plus ou moins fantaisistes évidemment) proposées et  d'abord rédigées  par les "trouveurs" (au Moyen-Age, les "trouveurs" étaient les "trouvères" ou "troubadours", les poètes ambulants...) ont été ensuite "retouchées" par le prof...
Rappel : les étudiants ont eu comme exemple le "Petit fictionnaire illustré" de Finkielkraut" et ont travaillé aussi sur le poème "Le grand combat" de Henri Michaux...   A voir en cliquant sur les liens mauves...

 ************************************

Giraphare : girafe qui possède des cornes lumineuses et clignotantes... Camille D.

Bisours : gestes tendres des hommes un peu ours... Naïké I.

Vélibération : débat entre deux ou plusieurs cyclistes dans l'exercice de leur pédalage. Fanny K.

 

Lire la suite

20/11/2007

Term L : Diderot et les métamorphoses...

Voici un extrait qui permet un rapprochement entre Diderot et Pythagore, dans une lignée de penseurs qui font de la vie une succession de métamorphoses... Remarque : Jacques le fataliste peut-être présenté comme une "métamorphose" du roman...

 

Diderot : Le Rêve de d'Alembert

Tout est en un flux perpétuel… Tout animal est plus ou moins homme ; tout minéral est plus ou moins plante ; toute plante est plus ou moins animal. Il n’y a rien de précis en nature… Le ruban du père Castel… Oui, père Castel, c’est votre ruban et ce n’est que cela. Toute chose est plus ou moins une chose quelconque, plus ou moins terre, plus ou moins eau, plus ou moins air, plus ou moins feu ; plus ou moins d’un règne ou d’un autre… Donc rien n’est de l’essence d’un être particulier… Non, sans doute, puisqu’il n’y a aucune qualité dont aucun être ne soit participant… et que c’est le rapport plus ou moins grand de cette qualité qui nous la fait attribuer à un être exclusivement à un autre… Et vous parlez d’individus, pauvres philosophes ! laissez là vos individus ; répondez-moi. Y a-t-il un atome en nature rigoureusement semblable à un autre atome ?… Non… Ne convenez-vous pas que tout tient en nature et qu’il est impossible qu’il y ait un vide dans la chaîne ? Que voulez-vous donc dire avec vos individus ? Il n’y en a point, non, il n’y en a point… Il n’y a qu’un seul grand individu, c’est le tout. Dans ce tout, comme dans une machine, dans un animal quelconque, il y a une partie que vous appellerez telle ou telle ; mais quand vous donnerez le nom d’individu à cette partie du tout, c’est par un concept aussi faux que si, dans un oiseau, vous donniez le nom d’individu à l’aile, à une plume de l’aile… Et vous parlez d’essences, pauvres philosophes ! laissez là vos essences. Voyez la masse générale, ou si, pour l’embrasser, vous avec l’imagination trop étroite, voyez votre première origine et votre fin dernière… Qu’est-ce qu’un être ?… La somme d’un certain nombre de tendances… Est-ce que je puis être autre chose qu’une tendance ?… non, je vais à un terme… Et les espèces ? Les espèces ne sont que des tendances à un terme commun qui leur est propre… Et la vie ? La vie une suite d’actions et de réactions… Vivant, j’agis et je réagis en masse… mort, j’agis et je réagis en molécules… Je ne meurs donc point ? Non, sans doute, je ne meurs donc point en ce sens, ni moi, ni quoi que ce soit… Naître, vivre et passer, c’est changer de formes…

06/11/2007

Ière : conseils pour le commentaire

Je rappelle encore une fois quelques impératifs pour la rédaction du commentaire composé :

 Pas de titre ni de sous-titre : tout doit être rédigé !

 Pas de phrase nominale (c'est à dire sans verbe).

 Utilisez les guillemets pour citer le texte (ce qu'il faut faire impérativement). 

 Sauter une ligne : après l'intro, entre chaque partie du plan, avant la conclusion.

 Aller à la ligne (en marquant un léger retrait) : entre chaque sous-partie du plan. 

 Ecrire très lisiblement.

 

Toutes ces consignes élémentaires (qui seront aussi valables pour la dissertation) doivent impérativement être respectées pour le devoir à rendre vendredi prochain.

25/10/2007

Wang-Fô : pour le devoir

Pour ceux (élèves de 1ère) qui n'auraient pas eu le doc préparatoire pour le commentaire composé... Ils le trouveront en pièce jointe (Word)Comment Wang.doc

24/10/2007

1ère : Wang-fô...

En guise d'introduction à votre lecture de Comment Wang-fô fut sauvé... cette présentation très réussie de ce texte et de son auteur (Marguerite !)  sur un blog perso qui fait plaisir à lire... Et vous, quels seront vos livres "bingo" ?

 

Cliquez sur  http://posuto.blog.lemonde.fr/2007/05/29/lideradure/ 

 

Voir aussi l'article Wikipedia, sans hésiter à cliquer sur les liens divers.

Un CLIC et vous y êtes ! 

11/10/2007

Ière : Un humaniste : Alain Souchon...!!

En complément du texte de Montaigne étudié en classe, il m'a semblé intéressant de vous donner ici les paroles formidables (comme d'hab ! ) d'une chanson d'Alain Souchon...

Si vous pouvez aussi l'écouter, c'est encore mieux...

 La vie ne vaut rien
   
Il a tourné sa vie dans tous les sens
Pour savoir si ça avait un sens l'existence
Il a demandé leur avis à des tas de gens ravis
Ravis, ravis, de donner leur avis sur la vie
Il a traversé les vapeurs des derviches tourneurs
Des haschich fumeurs et il a dit

La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
Mais moi quand je tiens, tiens,
Là dans mes mains éblouies,
Les deux jolis petits seins de mon amie,
Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie,

Il a vu l'espace qui passe
Entre la jet set les fastes, les palaces
Et puis les techniciens de surface,
D'autres espèrent dans les clochers, les monastères
Voir le vieux sergent pépère mais ce n'est que Richard Gere,
Il est entré comme un insecte sur site d'Internet
Voir les gens des sectes et il a dit

La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
Mais moi quand je tiens, tiens,
Là dans mes mains éblouies,
Les deux jolis petits seins de mon amie,
Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie

Il a vu manque d'amour, manque d'argent
Comme la vie c'est détergeant
Et comme ça nettoie les gens,
Il a joué jeux interdit pour des amis endormis,
Et il a dit

La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
Mais moi quand je tiens, tiens,
Là dans mes mains éblouies,
Les deux jolis petits seins de mon amie,
Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie
 

06/04/2007

Term L : des planches...

Une citation de Paul Valéry... qui nous refait penser aux planches courbes de Bonnefoy...

 

« Les mots sont comme des planches jetés sur un abîme sur lesquelles on peut passer rapidement,  

mais qui cèdent si l'on s'y arrête.» 

 

 

mais aussi un petit tercet de Gil Jouannard, poète contemporain :

 "Une planche, un clou,

Souvenir flou de la montagne

Qui porta l'arbre, qui couva le minerai."