ABCompteur : compteur gratuit

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2010

La cantatrice...

Pour les Term L qui sont allés voir La cantatrice chauve... lisez la critique made by the prof ici ! ;-)

08/11/2010

Term L : Odyssée

et la tête d'Homère...

homere.jpg

 

21/10/2010

Term L...

La belle tête de Samuel Beckett...

16450_1273278588174_1116194843_30883300_1026831_n.jpg

13/10/2010

Fin de partie : le sens du titre...

Voici ce qui pourrait constituer la troisième partie et la brève conclusion d'un devoir sur "le sens du titre" de Fin de partie.

***********

"Ah... moi de jouer" dit Hamm dans un baillement dans sa première tirade qui est aussi un premier monologue. En donnant à sa pièce le titre Fin de partie, Beckett évoque un jeu d'échecs qui concernerait tout le monde. Si ses personnages ressemblent à des pièces sur un échiquier, ils nous ressemblent aussi et nous replacent frontalement devant une vision de la vie où nous sommes condamnés à jouer des rôles que nous acceptons et supportons avec plus ou moins de souffrance. Ce "Jeu" est bien un jeu d'échecs : échec de la relation filiale, échec de l'amour, échec de l'ambition, échec du corps, échec du langage, échec de la vie... Ces personnages qui sont eux-mêmes comme "échoués" entre terre et mer dans ce refuge post-apocalyptique dans un temps indéfini, dans la triste lumière grisâtre d'un monde qui lui aussi a échoué à survivre, ne peuvent plus qu'espérer finir la partie, jour après jour, fin de journée après fin de journée... Mais cela non plus ils n'y parviennent pas, de fin différée en départs avortés, de rituels répétitifs en dialogues qui tournent à vide.

 Au jeu d'échecs, quand il ne reste plus que quelques pièces, la fin de partie se conclut souvent par une "partie nulle", protocole évitant de jouer sans jamais qu'un des deux joueurs puisse prendre le dessus sur l'autre. Cette fin de partie est bien celle d'une partie "nulle", le "zéro" qu'annonce Clov en scrutant l'horizon avec sa lunette...


Ce qui ne finit pas, ce qui peut-être n'est pas "mortibus" ou "nul" c'est la capacité de raconter une histoire, sa propre histoire ou celle que l'on invente, comme le fait Hamm, et comme le fait Beckett... Et malgré son caractère parodique, cette "Fin de partie" ne siffle pas la fin de la littérature et du théâtre...

10/10/2010

Un slogan pour la littérature...

Expo Alechinsky... Musée Granet, Aix en Provence.

IMG_1015.jpg

17/09/2010

BTS 1 : culture, cultures...

Quelles réflexions sur la culture vous inspire cette image ?IMG_0930.jpg

09/11/2009

Term L : Homère

Le combat d'Achille et Hector par celui dont Raymond Queneau disait : "Homère, ô père de toute littérature"...

A lire ici. 

 

medium_1507.jpg

 

22/09/2009

La mise en scène de Fin de partie

En guise de complément à la correction du premier test... cette remarquable analyse de l'œuvre et de la mise en scène de Charles Berling sur le site Evène (un site à mettre dans vos favoris !). Cliquez   ICI et imprimez éventuellement.

21/09/2009

En attendant Ulysse...

En attendant Ulysse (qui débarquera en classe début 2010...), faisons un petit peu de grec :

οδυσσεία

C'est joli, non ? Et ça veut dire Odyssée, bien sûr...

 

18/09/2009

Amazon

De nombreux nouveaux commentaires du prof sur Amazon... voir colonne de droite, et cliquez !